Concarneau - Bretagne

De tous temps, Concarneau a dû sa croissance économique à la mer. Dès le 17ème siècle, les militaires et les gens de robe s'éloignent de la Ville-close pour s'établir dans les manoirs des paroisses environnantes. Ils laissent la place à des marchands dont les relations commerciales s'étendent de la Scandinavie au Pays basque et au Languedoc. Ils importent bois et rogue de Norvège, sel de Guérande, vins et eaux de vie de Charente et du Bordelais et offrent en échange sardines pressées et grains.


Les crises sardinières au début du 20ème siècle, liées à l'absence de poisson, obligent négociants, marins et conserveurs à s'orienter vers une autre pêche : le thon germon. La flottille ne cesse de s'accroître, l'avant-port devient trop petit, le bassin Pénéroff est comblé et c'est tout naturellement derrière la Ville-close que les nouvelles infrastructures portuaires s'installent.

Les vasières sont aménagées, des quais sont construits et la nouvelle criée est inaugurée en 1938. Cette période est aussi marquée par l'abandon progressif de la voile au profit du moteur.
Aux 17ème et 18ème siècles les négociants et les maîtres de chaloupe, à l'étroit entre les remparts, occupent les faubourgs et y installent des établissements de pressage de sardines. Les chantiers navals construisent des chaloupes sardinières, des lougres, des chasse-marée. Une société bourgeoise remplace les nobles. Les maisons à pans de bois cèdent la place aux maisons en pierre.
Le 19ème siècle voit la création d'une infrastructure portuaire importante et un aménagement de l'avant-port avec bassins, quais et digue pour attirer les flottilles qui suivent le déplacement des bancs de sardines le long des côtes armoricaines. La sécurité de l'abri et la proximité des presses attirent les chaloupes. La découverte de Nicolas Appert et son application à la boite en fer blanc par Joseph Colin vont changer la physionomie de la ville.
Dès 1851, les usines remplacent les presses et leurs cheminées hérissent les toits, trente-deux en moins d'un siècle. L'arrivée du chemin de fer en 1883 et la construction d'une criée en 1893, complètent l'industrialisation de la cité.
L'arrivée d'armateurs et de mareyeurs exilés de Lorient ou Boulogne, pendant la seconde guerre mondiale, développe une activité florissante de pêche fraîche remplaçant petit à petit les conserveries. Dans l'élan de cette éclosion, la Ville fusionne avec les deux communes rurales voisines: Beuzec-conq en 1945 et Lanriec en 1959.
Les chalutiers pêchent maintenant jusqu'au nord de l'Ecosse et les thoniers senneurs croisent aux Seychelles et dans le golfe de Guinée. En ce début de 3ème millénaire, Concarneau est en tonnage le 3ème port de pêche fraîche français et le 1er port thonier d'Europe.

Pour voir l'album, cliquez sur la photo .