Château des ducs de Bretagne -France

Implanté dans le cœur historique de Nantes, le Château des ducs de Bretagne est le monument-phare de son patrimoine urbain. Côté ville, c’est une forteresse dont les 500 mètres de chemin de ronde sont ponctués de sept tours reliées par des courtines.

Côté cour, il abrite une élégante résidence ducale du 15e siècle en pierre de tuffeau, de style gothique flamboyant portant les premières marques d’inspiration Renaissance, et d’autres bâtiments datant du 16e et du 18e siècles. Ceux-ci contrastent par leur blancheur et leur raffinement sculpté, avec la rudesse des murailles extérieures en blocs de granit séparés par des assises de schiste.

Ultime château des bords de Loire avant l'océan, ce magnifique palais résidentiel fut construit en partie par François II, dernier duc de Bretagne. Un chantier qui fut terminé par sa fille, Anne de Bretagne, la seule femme qui fut deux fois reine de France suite à ses mariages consécutifs avec Charles VII et Louis XII. Suite au rattachement de la Bretagne à la France en 1532, le château de Nantes deviendra la résidence bretonne de tous les souverains français qui l’enrichirent de plusieurs arrangements, constituant ainsi un étonnant ensemble architectural. Après avoir servi de prison et de caserne militaire, il se voit classé au titre des Monuments historiques en 1862, puis cédé à la ville en 1915. Fière de son patrimoine, celle-ci entreprend de nombreux travaux de reconstruction et de rénovation jusqu’en 2007 où l’on inaugure le Musée d’Histoire de Nantes dans l’enceinte du château.

Pour voir l'album , cliquez sur la photo .

En accédant à la cathédrale par ses cryptes, on découvre l’histoire passionnante du tombeau de François II, chef-d’œuvre de Michel Colombe datant du début du XVIe siècle.
Après cinq années d’ouvrage, celui-ci aura connu quelques péripéties avant de trôner dans le transept de la cathédrale de Nantes, plus de trois cents ans après sa réalisation. Anne de Bretagne commande ce tombeau, réalisé en marbre blanc de Carrare, pour  recevoir dignement les restes de ses parents : François II et Marguerite de Foix, deuxième épouse du dernier duc de Bretagne. Une structure légère permet d’élever le  regard du visiteur et d’aborder, à bonne hauteur, ce joyau aux nombreuses représentations symboliques.

http://nantescathedrale.free.fr/tombeau.htm

Cathédrale st Pierre

La construction de l’édifice actuel date du XVe siècle. Les premiers architectes furent Guillaume de Dammartin et Mathelin Rodier. Les premières pierres furent posées par l’évêque Jean de Malestroit et le duc de Bretagne Jean V le 14 avril 1434. La reconstruction de la cathédrale débuta par la façade puis gagna progressivement l’ancienne église romane : nef, bas-côtés. La façade fut achevée en 1481 et les tours en 1508. La nef et les collatéraux le sont également au début du XVIe siècle, la voûte gothique de la nef, le bras sud du transept et les arcs-boutants sont terminés au XVIIe siècle. Un projet d’achèvement du XVIIe siècle (dont il reste une maquette dans le sous-sol) envisageait d’ajouter un transept ainsi qu’un chevet court.
Pendant la Révolution, elle servit d’observatoire, d’écurie et aussi de lieu d’expérimentation scientifique : aérostat – lancer de parachute d’animaux à partir des tribunes. En 1800, l’explosion de la tour des Espagnols au château des Ducs, très proche, endommagea la cathédrale et souffla presque tous les vitraux.
Achèvement au XIXe siècle et restauration au XXe siècle.
Au lendemain de la Révolution, on décida d’achever la cathédrale dans son style gothique flamboyant. Le transept et surtout le chœur furent terminés pour le jour de Noël 1891. Pendant la seconde guerre mondiale, elle subit les bombardements Alliés en juin 1944 qui détruisirent la sacristie et une partie du déambulatoire sud. Enfin, en janvier 1972, un incendie accidentel détruisit sa charpente. Elle fut à la suite de cette nouvelle catastrophe entièrement restaurée.

Pour voir l'album , cliquez sur la photo .