Eglises romanes en Auvergne

L'Auvergne a connu à l'époque romane (XI• et XII• siècles) au coeur de la province, dans la plaine de Limagne et à ses abords occidentaux, cinq églises qualifiées de « majeurs », ces sanctuaires offrent une synthèse architecturale complexe mais très précise .

Notre-Dame-du-Port à Clermont-Ferrand, Notre-Dame d’Orcival  et  Saint-Nectaire présentent les mêmes dispositions, dans un périmètre géographique restreint. Toutes sont constituées d’une nef voûtée en berceau plein cintre, encadrée de bas-côtés voûtés d’arêtes; la croisée du transept régulière (carrée) laisse la place aux bras du transept surmontés d’absidioles orientées. Le choeur est encadré quant à lui par un déambulatoire à chapelles rayonnantes. En élévation, aux grandes arcades se substituent les tribunes dont le rôle de contrebutement est encore indispensable à l’équilibre de l’édifice. A l’extérieur, le chevet est pyramidant et surtout la croisée du transept est surmontée par un massif que l’on appelle « barlong », c’est-à-dire rectangulaire. Généralement, le chevet est le support d’un décor sculpté qui atteint son paroxysme à Issoire, dont le zodiaque -thème profane – est assez original dans la sculpture romane. La sculpture est en effet très présente, à l’extérieur (chevet, portails) comme à l’intérieur avec notamment de somptueux chapiteaux, peints pour certains (repeints au XIXe siècle). Récemment, la basilique Notre-Dame-du-Port (classée à l’UNESCO) à Clermont a d’ailleurs fait l’objet d’une grande restauration qui met en valeur ceux-ci de manière remarquable!

Par l'ordonnance magnifique de son étagement, le chevet est la partie la plus belle et la plus typique des églises d'Auvergne. Tournée vers le soleil levant, image du Christ ressuscité, la majestueuse composition pyramidale se déploie des chapelles au clocher qui surmonte le massif du transept. Elle est parée d'éléments décoratifs caractéristiques : marqueteries de pierres polychromes, cordons à billettes, modillons à copeaux ...
L'intérieur dans lequel règnent les mêmes qualités de grâce, d'équilibre et d'harmonie, offre un parcours conduisant de la pénombre du narthex à la pleine lumière du choeur, où tout porte vers cet Hôte divin en l'honneur de qui l'édifice entier est bâti. Un étage de tribunes assure la stabilité de la maîtresse voûte, en berceau plein cintre. L'élan des voûtes culmine à la coupole qui surplombe une cage ajourée de plan carré symbolisant le passage de la terre au ciel. Une crypte, à l'atmosphère intime et recueillie, développe en sous-sol  le plan du choeur.

Orcival

Ce fleuron de l'art roman a été bâti à Orcival au XlIe siècle par les moines de l'abbaye de La Chaise-Dieu. Elle était parfois appelée Notre-Dame-des-Fers pour son intercession en faveur des détenus, comme en témoignent les menottes et chaînes à boulets suspendues à l'extérieur.
À l'intérieur, on apprécie son choeur vaste et lumineux, entouré de chapelles rayonnantes et son chevet d'une grande beauté. Il abrite la seule vierge romane de la région couverte d'un parement d'orfèvrerie. Le très ancien pèlerinage d'Orcival attire chaque année des milliers de fidèles le jour de l'Assomption.L'église, chef-d'oeuvre de sobriété et de puissance, construite en pierre volcanique et couverte de lauzes, épouse harmonieusement son cadre montagneux.Les portes romanes ont été conservées avec leurs remarquables ferrures en fer forgé. Les chapiteaux offrent un décor de feuillages très variés et des figures issues du bestiaire antique.

Pour voir l'album , cliquez sur la photo .

St Nectaire


Cette très belle église, de dimensions modestes et à la parfaite harmonie de proportions, se dresse dans un site magnifique au pied du massif du Sancy. 
À l'intérieur, les décors de ses 103 chapiteaux, dont 6 superbes polychromes, répondent à 3 grandes familles : les feuillages, les représentations animales et les représentations humaines. Son trésor est constitué par l'autel et les objets qui y sont présentés avec, comme pièce maîtresse, un buste de saint Baudime, compagnon de saint Nectaire.
Le sanctuaire a été édifié sur le tombeau de saint Nectaire, évangélisateur des vallées des Couzes. Construite dans une pierre volcanique gris clair, l'église, dépendance des moines de la Chaise-Dieu jusqu'à la Révolution, peut apparaitre sévère à l'extérieur. L'Intérieur, remarquablement préservé - le narthex et sa tribune sont les mieux conservés d'Auvergne - , a été revêtu d'un lait de chaux au cours d'une récente restauration. Le choeur, avec ses six chapiteaux historiés polychromes, présente un très riche programme iconographique. La thématique du Salut est développée par des scènes de la vie publique du Christ, de sa Passion, de sa Résurrection, du Jugement Dernier et  aussi de la Vie de saint Nectaire.

 

Pour voir l'album , cliquez sur la photo .