Beaune

La ville de Beaune est la capitale des vins de Bourgogne. Cité du vin et ville d’art, Beaune était la capitale de Bourgogne avant Dijon. Ville fortifiée en 1368, de nombreux vestiges de cette époque sont encore présents à l’heure actuelle : les remparts, l’hôtel dieu, connu sous le nom des Hospices de Beaune, qui abrite chaque année sa vente aux enchères si renommée. 
Les Hospices de Beaune sont une fondation hospitalière du Moyen-Age.  De style gothique et reconnaissable pour son toit aux tuiles vernissées, l’hôtel Dieu soignait les pauvres. C’est un monument incontournable internationalement reconnu. Chaque année, le troisième dimanche de novembre, professionnels, connaisseurs et amateurs se rejoignent dans ce prestigieux endroit pour la vente de charité vinicole la plus célèbre au monde.
Le 4 août 1443 naît l'Hôtel-Dieu. La guerre de cent ans n'est pas encore terminée, Beaune souffre de misère et de famine, les "écorcheurs" pillent et ruinent les campagnes. Les trois quarts des habitants de la ville sont sans ressources et les beaunois sont, dans leur grande majorité, déclarés indigents.
Pour racheter leur salut, Nicolas Rolin, chancelier du Duc de Bourgogne Philippe le Bon, et son épouse, Guigone de Salins, décident alors de créer un hôpital pour les pauvres. Ils le dotent d'une rente annuelle grâce à des salines, et de ressources propres, grâce à la vigne.
Le 1er janvier 1452, l'hôpital accueille son premier patient. Dès lors et jusqu’au XXe siècle, les sœurs des Hospices de Beaune prendront soin de nombreux malades dans plusieurs grandes salles. L’Hôtel-Dieu a rapidement acquis une grande renommée auprès des pauvres, mais aussi auprès des nobles et des bourgeois. A travers leurs dons, ceux-ci ont permis d’agrandir et d’embellir l’hôpital par la création de nouvelles salles et l’apport d’œuvres d’art. Ainsi l’Hôtel-Dieu est-il devenu un véritable « Palais pour les Pôvres ». Ses fonctions médicales ont été transférées en 1971 dans un hôpital moderne, à l’exception d’une maison de retraite.
Pour plus d’information voir le site www.hospices-de-beaune.com

Pour voir l'album , cliquez sur la photo .

A la nuit tombée durant l’été , les Chemins de Lumière sont une invitation à découvrir la ville autrement. Les façades des monuments s’animent avec une scénographie lumineuse et colorée et vous fait voyager dans le temps. La Collégiale Notre-Dame :Elle date de la deuxième moitié du XII eme siècle et fait partie des dernières grandes églises romanes de Bourgogne. Elle a notamment été restaurée par Viollet le Duc. Porte st Nicolas : C'est de 1762 et 1770 qu'a été érigée la porte Saint-Nicolas de Beaune, sur l’emplacement d'une porte médiévale fortifiée, démolie pour faire place à cette nouvelle construction. Le gouverneur de Beaune, Théodore Chevignard de Chavigny, participa financièrement par un don de 4800 livres destiné à la reconstruction de la nouvelle porte. En pierre de taille de calcaire, elle a la forme d'un arc de triomphe. D'une belle esthétique, elle présente des obélisques, des cartouches, des guirlandes, des médaillons, des mufles de lions. Les concepteurs furent Nicolas Lenoir et Jacques Lebrun. Cette porte monumentale permet d'accéder depuis le Faubourg à la rue de Lorraine, proche de la chapelle de l'oratoire. Tout d'abord fermée par une porte en bois, celle-ci fut remplacée par une grille en fer en 1844. La maison du colombier est située à l'angle des rues Maufoux et Charles-Cloutier. Sa construction remonte au XVIe siècle, elle est constituée d'une échauguette d'angle

Pour voir l'album , cliquez sur la photo .