Vezelay- France

La basilique Sainte-Marie-Madeleine de Vézelay est une ancienne abbatiale française établie à Vézelay, dans le département de l'Yonne en Bourgogne.Peu après sa fondation au IXe siècle, le monastère bénédictin a acquis les reliques de sainte Marie-Madeleine et devint, depuis lors, un haut lieu de pèlerinage. En effet, c'est à pied qu'il faut rejoindre ce haut lieu de la chrétienté du Moyen Âge, lieu de pèlerinage important sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle.
Saint Bernard y prêcha la deuxième croisade (1146). Richard Cœur de Lion et Philippe Auguste s'y retrouvèrent au départ de la troisième croisade (1190). La basilique Sainte-Madeleine, église monastique du XIIe siècle, est un chef-d'œuvre de l'art roman bourguignon tant par son architecture avec le tympan du narthex. Elle est inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO en 1979.

L'apogée (vers 1104 - 1267) 
1104 Dédicace du chœur roman construit par l'abbé Artaud. Celui-ci sera assassiné par les habitants du bourg en révolte, deux ans plus tard. 1119 Nouvelle attaque du comte de Nevers.
22 juillet 1120 Un gigantesque incendie ravage ce qui restait de la nef primitive, où étaient rassemblés des milliers de pèlerins; début de la construction de la nef actuelle, de la façade vers le chœur de l'abbé Artaud.
1140 Achèvement de la nef, sous l'abbatiat de Ponce de Montboissier, qui fait élever en avant de celle-ci le narthex,
vers 1145-1150 Nouvelles querelles entre les comtes de Nevers, qui soulèvent les habitants, et les abbés; événements arbitrés par le pape et le roi de France, mais qui se reproduiront en 1147, en 1149, en 1152, en 1161...
1146 Le jour de Pâques, à la demande du pape Eugène III, saint Bernard prêche la seconde croisade sur le flanc nord-est de la colline, où est élevée la chapelle Sainte-Croix aujourd'hui appelée "La Cordelle" (10 minutes à pieds de la basilique, numéro 9 sur le plan).
1152 Révolte des habitants fomentée par le comte de Nevers; pillage de l'abbaye; reconnaissance de libertés communales, que le roi annulera trois ans plus tard. 1162 Bulle pontificale levant la dépendance à l'égard de Cluny.
1166 Dans l'église de Vézelay, Thomas Beckett, archevêque exilé de Cantorbéry, prononce la condamnation solennelle de son roi, Henri II.
1165-1190 Construction du chœur et du transept gothiques, sous l'abbatiat de Girard d'Arcy.
juillet 1190 Richard Cœur de Lion et Philippe-Auguste se retrouvent à Vézelay pour partir en croisade (Troisième croisade).
1217 Des compagnons de François d'Assise fondent auprès du lieu de la prédication de saint Bernard, au flanc de la colline de Vézelay, le premier couvent franciscain de France: la Cordelle. (10 minutes à pieds de la basilique, numéro 9 sur le plan)
1244 Pèlerinage de saint Louis à Vézelay; il le renouvellera en 1248, 1267, 1270.
Historique de la basilique (13ème - 21ème siècle)
1260 La tour Saint-Michel et le fronton de la façade sont édifiés.
1267 Lors de sa venue, saint Louis confirme l'authenticité des reliques de Marie-Madeleine, mise en doute depuis 1260, notamment en raison de la rivalité avec Saint-Maximin, en Provence.

 Les origines (vers an 850 - 1068) 
Vers 858 ou 859 Fondation d'un monastère de moniales par Girart de Roussillon, à l'emplacement actuel de Saint-Père.
863 Une bulle pontificale garantit la protection directe par le Saint-Siège de l'abbaye de Vézelay, qui échappe ainsi à l'autorité des évêques d'Autun. Les privilèges de l'abbaye seront confirmés en 868 par le roi Charles le Chauve.
873 Dévastée par les Normands qui remontent la Seine, l'Yonne et la Cure, l'abbaye est tran sférée sur la colline; des moines venus sans doute d'Autun remplacent les moniales.
882 Selon certaines sources, un moine nommé Badilon apporte de Saint-Maximin (Provence) à Vézelay des reliques de Marie-Madeleine.
1027 Premiers conflits entre les abbés de Vézelay et les comtes de Nevers, jaloux de l'indépendance de l'abbaye.
1098 L'évêque d'Autun, jaloux lui aussi de l'indépendance de l'abbaye de Vézelay, tente de jeter l'interdit sur les pèlerinages; l'interdit sera levé par le pape Pascal II en 1103; mais Vézelay doit alors reconnaître l'autorité spirituelle de Cluny. 

Pour voir l'album , cliquez sur la photo .


Le déclin (vers 1279 - 1819) 
1279 La "reconnaissance" des reliques de Marie-Madeleine à Saint-Maximin signe les débuts d'une rapide et profonde décadence des pèlerinages et de l'abbaye de Vézelay.
1537 Le pape Paul III sécularise l'abbaye: les moines sont remplacés par quinze chanoines séculiers, placés sous l'autorité d'un abbé nommé par le roi.
1569 Occupation de Vézelay et mise à sac de l'abbaye par les Huguenots.
1760 À l'abandon, les bâtiments abbatiaux sont partiellement vendus et démolis.
1790 Le collège de chanoines est supprimé, et l'église, abbatiale puis collégiale, devient paroissiale. Les vestiges restant de l'abbaye sont vendus et rasés.
1793 Les sculptures extérieures des portails sont martelées.
1819 Grave incendie dû à la foudre.
Le renouveau (à partir de 1840) 
1840 Âgé de vingt-six ans, Eugène Viollet-le-Duc est chargé de vastes travaux de restauration, à l'instigation de l'écrivain Prosper Mérimée, inspecteur des Monuments historiques.
1859 Fin du chantier de restauration.
1870 et 1876 De nouvelles reliques de Marie-Madeleine sont données à l'église de Vézelay; renouveau relatif des pèlerinages.
1920 Le Saint-Siège accorde à l'église le titre de basilique, reconnaissant par là son caractère insigne au sein de l'Église, de la chrétienté et de l'Histoire.
1945-1953 Retour des moines avec la venue d'une petite équipe de bénédictins de la Pierre-qui-Vire.
1946 Une "Croisade de la Paix" rassemble 40 000 pèlerins pour commémorer à la fois le huitième centenaire de la prédication de Bernard et la fin de la seconde guerre mondiale.
1953-1993 Des franciscains succèdent aux moines de la Pierre-qui-Vire.

Panorama