Côte Amalfitaine - Italie

 

Vous aimez les paysages sublimes et le charme de l’Italie …alors précipitez- vous, les amis, et visitez la splendide Côte Amalfitaine. La Côte Amalfitaine, classée au Patrimoine de l’UNESCO, est située au Sud- ouest de l’Italie, elle fait suite à la Baie de Naples et s’étend de la péninsule de Sorrente au golfe de Salerne. C’est vraiment la plus belle côte de l’Italie, avec un relief sauvage et tourmenté. Dans ce paysage digne de la mythologie antique, une route étroite, sinueuse et majestueuse, dessert Positano, Amalfi, Ravello, des villages perchés comme des nids d’aigle entre mer et ciel. Repos des poètes, des artistes romantiques et des célébrités d’Hollywood, la côte Amalfitaine enchante aujourd’hui les touristes.

Positano : Arrêt obligatoire, c’est le Saint Tropez napolitain, un charme fou, avec ses jardins luxuriants et ses petites maisons blanches descendant en terrasses jusqu’au bord de l’eau, beaucoup d’hôtels, de boutiques de mode, de boîtes de nuit, de restaus, de l’ambiance. Une petite ville agrippée à une montagne pliée comme un entonnoir glissant vers la mer, des demeures aux couleurs vives au bord d’un unique chemin menant à une petite plage de sable gris volcanique. Tout est en pente ici, rien de plat ou presque rien…

Amalfi : Amalfi est une belle petite ville de bord de mer qui a donné son nom à toute la côte environnante. Elle le mérite : blottie dans un entonnoir rocheux face à une mer très bleue, cette cité de caractère a compté parmi les principales puissances méditerranéennes du IXe au XIe siècle. Comme Venise elle entretenait un commerce très actif avec l’Orient, où elle possédait de nombreux comptoirs. Rien qu’à Constantinople, la communauté amalfitaine était plus importante que la colonie vénitienne ! C’est un marchand d’Amalfi qui fonda à Jérusalem l’hôpital Saint-Jean, à l’origine de l’ordre militaire des Hospitaliers.
Ravello : Perchée au-dessus de la mer, dans la montagne à 5 km d'Amalfi, au milieu des terrasses de citronniers, Ravello étage ses maisons sur les pentes de la vallée du Dragon (valle del Dragone). Ruelles charmantes, passages voûtés, jardins suspendus, riches palais, panorama de rêve... Mais il ne faut pas espérer se balader seul dans cette petite ville des plus pittoresque. Un des premiers à y trouver l’inspiration fut le toscan Boccace (XIVe s.). C’est surtout au XIXe s. que Ravello devint un refuge pour les âmes inspirées. À la recherche du cadre idéal pour son opéra Parsifal, Richard Wagner eut un coup de foudre dès son arrivée : « J’ai enfin trouvé les jardins de Klingsor ! » s’écria-t-il. Il séjourna plusieurs mois (en 1880) à la Villa Rufolo, dans ce paysage enchanteur. Parsifal est ainsi né à Ravello.

Vue panoramique du Cap d'Orso

Pour voir l'album , cliquez sur la photo .

VILLA RUFOLO:

La demeure de la famille la plus puissante de Ravello, grandiose avec ses tours massives, délicate avec sa « cour mauresque » aux arcatures de style siculo-normand, surmontées d'entrelacs, s'ouvre sur de superbes jardins aménagés en terrasse au-dessus de la mer. Le panorama est merveilleux et l'on comprend que Wagner, venu y écrire son Parsifal, s'y soit senti inspiré ! Une scène posée en aplomb de la mer accueille en été des concerts sous les étoiles. Un lieu magique !. La villa Rufolo est le monument le plus important de Ravello et le plus connu aussi, elle fut la demeure de la riche et noble famille Rufolo au XIIIe siècle, dont le goût pour l’art se retrouve un peu partout dans le centre historique. La villa fut occupée par de grandes familles jusqu’au XVIIIe siècle, mais elle perdit progressivement de son prestige, tout comme Ravello. C’est à partir de 1851, lorsque l’Écossais Sir Francis Neuvil Reid l’acquière, qu’elle ressuscite. Esthète amateur d’art et botaniste, il rénove la villa, l’architecture mauresque de ses tours et de son cloître ; il redonne vie aux jardins et y apporte une touche d’exotisme. Ravello, abandonnée aux ronces et aux chèvres, renaît en même temps que la villa.

Pour voir l'album , cliquez sur la photo .