Marais poitevin ( France)

La promenade en barque est un moment fort de toute visite dans le marais Poitevin. Le dépaysement est garanti. Chaque promenade en barque est différente par la saison, l'heure, la faune rencontrée, la végétation, la luminosité du ciel, la lumière, les ombres, les reflets....Je fis ce voyage au printemps. Il y a bien sûr moins de monde et notre batelier qui nous dirigea était plus disponible et répondait à nos questions  
La barque a été pendant longtemps le seul moyen de transport dans le marais mouillé pour les hommes, les animaux, les matériaux et les marchandises.
Des chemins et des passerelles permettent maintenant l’accès au marais par des véhicules. Certaines parcelles sont encore uniquement accessibles par voie d’eau.
La barque est un bateau à fond plat, elle est aussi appelée "plate", avec une partie effilée à l’arrière où s’installe le batelier. La barque du Marais Poitevin a une allure effilée et des bords peu élevées. Elle est faite pour glisser doucement sur les eaux calmes du Marais poitevin. 
Les barques anciennes étaient construites en bois. Les tailles des barques s’exprimait en pieds (environ 33 cm). On choisissait la taille du bateau en fonction de la nature de l'activité ou du poids de la charge à transporter. Les tailles allaient de 8 à 12 pieds (3 à 4 mètre de longueur) jusqu’à 21 ou 22 pieds (7 à 8 mètres) pour les grands bateaux.
La propulsion de la barque est évidemment un point important. La barque se dirige à partir de l’arrière, la partie effilée, elle est poussée à la pelle ou à la pigouille. La pelle est en fait une rame en bois plus ou moins longue qui permet de ramer en position assis ou debout.
Pour diriger une barque, on se place à l'arrière du bateau (extrémité effilée). Le bateau se pousse à la pelle ou à la pigouille. La pelle est une rame en bois. Son manche est court ou long. On peut donc ramer assis ou debout. La pigouille est une longue perche en bois avec un embout métallique fourchu fixé à une extrémité. Le batelier la pique au fond de l'eau et s'appuie sur la perche pour faire avancer la barque. On prend plaisir à suivre le mouvement fluide et harmonieux du batelier et de sa pigouille.

Aussi il est possible de traverser entre deux points avec un bateau lié à une chaîne attachée aux deux rives.

Le lendemain j’ai eu la chance de redécouvrir le marais avec un kayak .

Pour voir l'album , cliquez sur la photo .


Les arbres jouent un rôle important dans le maintien en état du Marais Poitevin. Ils contribuent à la consolidation des berges. Les arbres les plus typiques sont les frênes têtards. Les frênes sont taillés de façon que le tronc ne pousse pas  au-dessus d’une hauteur de l’ordre de deux mètres. Les frênes têtards sont donc trapus avec un réseau de racines apparentes qui maintient les berges. On voit des frênes centenaires, avec des formes sculpturales et des cœurs vides.
L’aulne, appelé aussi le vergne, donne un bois imputrescible utilisé pour les pilotis. Il était utilisé pour faire des sabots. Les peupliers du Marais Poitevin sont des arbres majestueux. Ils atteignent des hauteurs de 25 à 30 mètres et même 35 mètres. Ils sont exploités à l’âge de 25 à 30 ans.
On peut voir aussi des saules pleureurs et des saules tordus ou tortillards, avec leurs pousses curieusement tordues.

Une flamme qui danse à la surface de l'eau, c'est une des surprises de la promenade en barque dans le Marais Poitevin.
Le batelier sait aussi enflammer la surface de l'eau avec son briquet. Sorcellerie ou magie ? Ni l'un ni l'autre, simplement : chimie. Des poches de méthane se forment par endroit au fond de l'eau, par la décomposition des végétaux. Le batelier sait où se trouvent ces poches de gaz. il agite le fond de l'eau avec sa pagaie pour faire remonter le gaz à la surface. Il suffit alors, d'allumer le briquet et le gaz s'enflamme.

Le Marais Poitevin a réussi à décrocher le label « Grand site de France » en 2011.