Le Haut Atlas ( Maroc)

Échappez vous  à l’agitation de Marrakech en vous rendant dans les fabuleuses montagnes de l’Atlas. Le massif montagneux de l'Atlas s'étale sur le nord de l'Afrique à travers trois pays : le Maroc, l'Algérie et la Tunisie. Le point culminant du massif est le djebel Toubkal culminant à 4 167 m d'altitude dans le Haut Atlas marocain. Principal massif montagneux du Maroc et du Maghreb, orienté d'ouest-sud-ouest à est-nord-est, le Haut Atlas s'étire sur plus de 700 kilomètres, de l'Atlantique au Maroc oriental, sur une largeur de 50 à 100 kilomètres. . Elle est entaillée de vallées courtes et profondes . Les cols sont élevés et dépassent 2000 mètres (Tizi n-‘Test, 2 225 m ; Tizi n-‘Tichka, 2 267 m). Le versant nord, relativement humide, est largement couvert de forêts de chênes verts. Il est enneigé l'hiver à partir de 1 200 mètres. L'aridité du versant sud ne permet qu'une végétation steppique d'armoise et d'alfa.
L'occupation humaine est importante, mais elle diffère profondément à l'est et à l'ouest. Le Haut Atlas oriental est faiblement peuplé par des Berbères de dialecte tamazirt. Ce sont des pasteurs semi-nomades, dont l'installation a été relativement tardive, vivant surtout d'élevage de chèvres et de moutons et passant de nombreux mois, ou l'année entière, sous la tente. Le Haut Atlas occidental est plus densément peuplé par des Berbères de dialecte tachelhit. Ce sont des paysans sédentaires occupant la montagne depuis très longtemps, probablement depuis le Néolithique ; utilisant au mieux les pacages, les terres cultivables et l'eau, ils sont à la fois agriculteurs, arboriculteurs et éleveurs. Ils cultivent, sur de petits champs irrigués en terrasse, de l'orge, du maïs, des légumes, des oliviers, des amandiers , des noyers.

La voie qui passe par le plus haut col routier du Maroc à 2260 m, le Tizi n’Tichka, relie Marrakech à Ouarzazate ( la nationale 9).
A la sortie de Marrakech par Bab Doukala à quelques dizaines de km, cette partie de l’Atlas, la vallée du Zat, d’une terre rouge vive et d’une végétation verdoyante abrite de charmants sentiers de randonnées traversant villages aux maisons de pierre, champs et prairies d’altitude. Elle alimente au pied de son ascension du Haut-Atlas vers le Tizi n’Tichka, toute une vallée fertile d’oliviers.

Au fur et à mesure que l’étroite route s’élève en lacets serrés parmi chênes, noyers et bosquets de lauriers-roses, le paysage se meut en contrastes vertigineux et les points de vue panoramique tout au long du parcours sont sublimes.

Pour voir l'album , cliquez sur la photo .


L’horizon s’offre à gauche sur le massif du Jebel Tistouit. Peu après, sitôt franchi le col en contrebas, on aperçoit dans un cirque de parois majestueuses habitées, le petit village d’Arhbalou et sa kasbah en pisé ocre.
Les flancs de cette partie de l'Atlas sont nourris de pins, d’eucalyptus, de petits palmiers et de genêts. En redescendant du col, on aperçoit le village de Toufliat connu pour ses morilles blanches délicieuses, ramassées à la fonte des neiges par les habitants.
Passés Taddert 1 et Taddert 2, petits villages séparés d’à peine 1 km où s’alignent restaurants et grillades, la route grimpe en lacets serrés pour franchir le col du Tichka à 2.260 m d’où 2 possibilités de trajets s’offrent à nous .La bifurcation sur la gauche mène au bourg de Telouet, village où se trouve l’impressionnante Kasbah du Glaoui, certes dévastée mais dont certaines pièces épargnées témoignent de l’art éclairé des maîtres d’œuvre tant Juifs qu’Arabes ou Berbères auxquels le pacha de Marrakech a fait appel dans une demande incontournable à l’instar de son pouvoir d’antan. Au-delà de Telouet, au fil des oasis qui ponctuent l’étroite vallée, on découvre quelques villages anciens aux kasbahs abandonnées. La route parcourt l’oued Melah jusqu’au fameux ksar dAït ben Haddou, classé patrimoine culturel par L’UNESCO. Nous rejoignons l’axe principal 9 km plus bas qui mène à Ouarzazate.